Institut Protestant de Théologie - 83 bd Arago - 75014 Paris 

  • Samedi 5 mars de 14h30 à 18h00   (Amphithéâtre)
  • Dimanche 6 mars de 9h00 à 17h30   (Amphithéâtre)
    (Pas de participation numérique)

Argument : Désir de cinéma

Psychanalyse et cinémaLes frères Lumière ont inventé la caméra et la salle (sale) cinématographiques, les deux sont des chambres ; caméra en latin, c’est la chambre.

Dans l’une vous y allez physiquement, l’autre projette une réalité apparente (parente) qui parfois est attirante ou parfois répugnante à voir. Nous pouvons associer librement à la scène primitive mais le cinéma n’est pas que ça.

Les films Lumière sont une photographie, fauxgraphie, une illusion d’optique, c’est-à-dire l’invention illusoire de la présence à l’image du mouvement dont, jusqu’alors, elle était privée.

Si les frères Lumière, par leur création, ont comblé un manque à l’image, en quoi donc pouvons-nous le rapporter à l’inconscient ?
Au manque et à la castration, nous sommes toujours soumis.

Le cinéma, que permet-il de combler pour nous tous ? Le désir.

Depuis toujours, nous sommes en relation avec l’image, celle du rêve, l’image du désir inconscient et donc du retour du refoulé, par une nouvelle figuration onirique, qui constitue un trésor pour le travail d’interprétation analytique. Le cinéma permet au désir inconscient de surgir et de parler par image pour dire ce qui ne se dit pas avec les mots.

Lacan dans La relation d’objet nous dit : « un bon film est métonymique, la métonymie qui consiste à faire entendre quelque chose en parlant de tout à fait autre chose. Et de même, la fonction de la perversion du sujet est une fonction métonymique ».

Dans ces journées scientifiques nous aurons à mieux nous rendre compte de ce que le cinéma apporte au sujet.

 

Intervenants :


Samedi 5 mars de 14h00 à 18h00

  • Marie-Jeanne THEVENET HIMBERLIN : Introduction
  • Hélène DUCRET LACAZE : Qu’est-ce qui cloche ?
  • Aurélia BENISTY : Je m'en tire vrai
  • Agnès DORION : Vérité / Fiction

Dimanche 6 Mars de 9h00 à 12h00  

  • Anne BRUYER : Le cinéma à Zorgo
  • Marie GARNIER : Jacques Demy fait son cinéma...
  • Didier LAGAERT : Fragment de réel

Dimanche 6 Mars de 14h00 à 17h30

  • Marie-Jeanne THEVENET HIMBERLIN : Si, n’est moi : voir et entendre avec les yeux et les oreilles d’un autre.
  • Matthieu DUTOUR : Le cinéma, c’est d’en-faire
  • Lorenzo FARO : Tatischeff
  • Matthieu DUTOUR : Conlusion

Participation aux frais :

  • 80 euros
  • Auditeurs Libres de la LAF : 40 euros
  • Etudiants : 30 euros
  • Pas d'inscription préalable, se présenter sur place.

Hotel Principe del Piemonte - Piazza Galimbert - 12100 Coni

Dans quelle acception aborder le signifiant « Frères ennemis » ? Car les frères ennemis peuvent aussi faire foules. Même s’il suffit d’être deux pour se haïr. Les situations politiques et sociales d’aujourd’hui et d’hier en témoignent. Il s’agira durant cette journée de cerner ce qui « coagule » mal pour qu’une telle affaire (celle de la haine) se produise. Il est bien entendu que les femmes ne sont pas exemptes de ce discours. Cultiver la haine pour tout le monde est d’une telle jouissance ... Pourquoi y renoncer et comment ? En effet quel serait le mécanisme qui permettrait sa chute et surtout son renoncement pour choisir la bienveillance ou pourquoi pas l’ignorance ?

Programme

Matin : 9h30 – 12h30  /  Après-Midi : 14h00 – 17h00

  • Frédéric VITALIS: Introduction : Johnny Guitar
  • Marinella FRACCHIA: Frères ennemis dans les mythes
  • Laura FRONTERO: Réflexions sur les sœurs : amies ou ennemies ?
  • Anna-Maria BERGAMIN: Dialogue avec deux sœurs : un regard sur la gémelléité
  • Rossana BASTERIS: Les sœurs
  • Lorenzo FARÒ: Pas frères – pas mici
  • Maryse CRETIN: Bernadette, une femme admirable.
  • Marie-Jeanne THEVENET HIMBERLIN: J’aime Anne, je hais haïr Aimée, Josette, Josyane, Juliette et les autres…

 

Giornata Scientifica a Cuneo (Italia) - 23 Ottobre 2021 : I Fratelli nemici

Albergo Principe del Piemonte - Piazza Galimberti - 12100 – Cuneo

Con quale accezione avvicinarsi al significante « Fratelli nemici » ? Perché dei fratelli possono fare massa. Anche se basta essere in due per odiarsi. Le situazioni sociali e politiche di oggi e di ieri ne testimoniano. Durante questa giornata si tratterà di capire ciò che coagula « male » in questo affare e produce l’odio al quale non si può rinunciare. Ben inteso che le donne non sono esonerate da questo discorso. Coltivare l’odio è un tale godimento ! Perché rinunciarvici e come ? Effettivamente quale sarebbe il meccanismo che permetterebbe la sua caduta e sopratutto la sua rinuncia per scegliere la benevolenza o, perché no, l’ignoranza.

Programma

Mattino: 9h30 – 12h30 / Pomeriggio: 14h00 – 17h00

  • Frédéric VITALIS: Introduzione : Johnny Guitar
  • Marinella FRACCHIA: Fratelli nemici nei miti
  • Laura FRONTERO: Riflessioni sulle sorelle : amiche o nemiche ?
  • Anna-Maria BERGAMIN: Dialoghi con due sorelle ; uno sguardo sulla gemellanza
  • Rossana BASTERIS: Le sorelle
  • Lorenzo FARÒ: Né fratelli, né mici
  • Maryse CRETIN: Titolo Bernadette, una donna ammivevole
  • Marie-Jeanne THEVENET HIMBERLIN: Amo Anna, odio odiare Aimée, Josette, Josyane, Juliette e le altre...