Freud considérait que le contenu latent et le contenu manifeste d’un rêve ne sont que deux présentations d’un même contenu dans deux langues différentes, le contenu onirique apparaissant alors comme la transposition, la « conversion » des pensées du rêve dans un autre mode d’expression. Aussi, peut-on envisager l’un comme la dénégation de l’autre. Les associations libres du rêveur, clef de voûte de l’interprétation de son rêve, ont pour fonction d’assurer le passage du contenu manifeste au contenu latent. La dénégation joue de ce passage pour faire entendre le désir refoulé, soit par l’estampille commune du « non », du « ne… pas », soit par la diversion associative parlementaire, soit par la réversion propre aux lois qui structurent le langage.