Comme Freud l’a révélé, et que nous observons dans la clinique, lorsqu’on arrache un bout de rêve à l’oubli, il révèle ce qui nous est le plus important. C’est ainsi que lors d’un coup de force interrompant le processus de la Passe, jaillit en séance de supervision une déferlante d’images signifiantes à l’auteur. Un pas sage « ré-initialisé », qui se noue à la clinique, au transfert et au contre-transfert dans les premiers pas de l’analyste. Cette plus-value refoulée ouvre alors au rêve éveillé, jusqu’ici contenu par des aspects spécifiquement matériels. Un rêve qui ouvre de nouveaux champs et perspectives de recherche clinique, à partir d’un postulat de Jacques Lacan: la psychanalyse n’est pas une science, en cela elle est irréfutable, car c’est une pratique. Pratique que Gabriel Balbo invite aussi à confronter, – dans l’acte fondateur de la Libre Association Freudienne –, au réel de la société d’aujourd’hui pour y trouver des théories et des concepts nouveaux, se tissant en de multiples représentations dans l’Imaginaire, le Symbolique et le Réel.