C’est le récit d’un rêve rapporté en séance qui nous a fait redécouvrir la fonction de négation du rêve. Nous allons exposer ici le cheminement de cette redécouverte à travers le fragment de cette analyse. Ce fragment ne donne à entendre la fonction de négation que peut revêtir le rêve qu’en travaillant avec le transfert. Il dessine une porte. De cette vérité du mensonge qui se dit à deux voix, en entendre une pour faire advenir du trois. De l’opération de séparation qui vient nier la recherche de fusion totalisante à la fusion totalisante qui vient faire l’expérience de la perte et du manque. Du seuil au passage, le rêve dessine la porte et fait exister la pièce autrefois invisible du fantasme en acte dans le transfert. En fermant cette pièce, en en barrant l’accès, la porte donne à voir ce qui se montre d’être caché, nié dans le transfert en tant que réel. La négation désire l’interprétation.