Il s'agit de montrer que le fait de rêver de son analyste, sans faire barrage à l'éros, permet à l'analysant de ne pas faire barrage non-plus au processus de sexuation durant son analyse.