Freud a cherché à spécifier, au sein de l’angoissant, « l’étrangement inquiétant », cette variété particulière de l’effrayant qui remonte au depuis longtemps familier. Cet Unheimlich n’est en réalité rien d’étranger mais quelque chose qui est pour la vie psychique, familier de tout temps et qui ne lui est redevenu étranger que par le processus de refoulement. C’est ce qui aurait dû rester dans l’ombre et qui en est sorti. Une certaine « clinique de l’ange » va tenter d’illustrer ce qu’il peut en être de cet « étrangement familier » qui peut tendre vers « l’étrangement inquiétant », ainsi que tenter de tisser les liens qu’entretiennent l’angoisse et l’extase dans les expériences vécues de ce qui est parfois nommé « la mystique sauvage ». Comment la psychanalyse a-t-elle essayé d’approcher ces expériences comme l’extase et/ou le sentiment océanique, et par quels concepts ? Quels liens entretiennent la déréliction et l’extase ? L’angoisse et l’extase sont-elles deux facettes de la même chose?… Mais au fait, qu’est-ce que « la Chose » ?